NI BLEUE, NI BLANCHE, NI ROUGE

A BAS TOUTES LES ARMEES !

 

˜    Les Etats declarent les guerres pour avoir la paix, abattons les Etats !

˜    Les riches jouent au golfe, les pauvres ramassent les balles !

˜    Contre toutes les guerres et toutes les armées !

˜     Bush, blair & cie, foutez nous la paix !

 

 

LES ETATS DECLARENT LES GUERRES.

POUR AVOIR LA PAIX, ABATTONS LES ETATS

 

Depuis le 20 mars, le peuple irakien subit les bombardements intensifs de l’armée américaine et de leurs valets anglais. Trente années n’auront donc pas suffi !!! Trente ans de dictatures féroces de Saddam Hussein avec la caution et l’aide apportée par les pays occidentaux quand il leur était utile afin de contrer la révolution islamique en Iran, au prix de 1 million de morts irakiens. La France, allant même, quand à elle, comble du cynisme jusqu’à vendre des armes aux deux belligérants

Les Etats-Unis et la Grande Bretagne n’ont jamais cessé les bombardements sur l’Irak, depuis la fin de la guerre du golfe en 91 . L’embargo imposé au peuple irakien depuis douze ans est responsable de plus d’un million et demi de victimes, surtout des enfants morts de malnutrition et d’absence de médicaments.

 

Le capitalisme, c’est la guerre

 

Ce conflit n’est pas une guerre seulement pour le pétrole mais aussi pour affirmer la domination des Etats-Unis, pour le pouvoir planétaire qui  leur assure une position hégémonique. Ils en tireront un gigantesque tribut prélevé sur l'économie mondiale, sans lequel ils ne pourraient  survivre. La conquête du pétrole et le contrôle des voies d'acheminement des ressources énergétiques sont très importants. La guerre n’est  pas encore terminée, que les charognards se délectent  sur la dépouille encore chaude de l’Irak, afin de se partager la manne de la reconstruction se payant sur la bête, ne vous inquiétez pas, braves gens, votre essence sera moins chère, payez sur le sang de la population irakienne.

Chaque groupe capitaliste, chaque Etat veut, s'assurer une partie aussi grande que possible des ressources pétrolières irakiennes tout en assurant sa puissance propre et sa capacité d'action  et de pression dans le nouvel ordre mondial. Et à voir comment notre « sauveur national » se démène pour contrer le projet d’administration américaine de l’Irak, on se dit qu’il doit y avoir de beaux profits à se faire.

Pour nous, libertaires, révolutionnaires, internationalistes luttant toujours contre l’état-nation, oppressant et aliénant le peuple, notre solidarité va d'abord aux peuples d'Irak et aux populations de toute la région qui sont dans la ligne de mire des fusils. En particulier, il nous faut agir pour que le peuple palestinien et l'opposition pacifiste et antimilitariste dans la société israélienne ne soient pas davantage encore réprimés et  censurés à l'occasion de ce conflit. Il faut tout faire pour éviter que la population irakienne soit victime de la violence et de l'horreur guerrières Les peuples d'Irak supportent depuis longtemps une guerre larvée, le blocus et la tyrannie infâme de Saddam Hussein, protégé, armé, financé et maintenu au pouvoir coûte que coûte par les grandes puissances internationales ou régionales. Nous n’oublierons jamais que les gaz qui ont été utilisé par le dictateur Saddam Hussein dès 1987 contre les populations kurdes avaient été fournies par les puissances occidentales et en particulier les Etats-Unis. (voir « Le Monde » du 25/03/03)

 

 

Y’a pas à se gêner !

 

Dans le même temps, le tyran Poutine se permet de faire un simulacre de référendum après avoir vidé la Tchétchénie de tous ses habitants. Sur une population totale de 950 000 personnes, 200 000 personnes sont réfugiées, 250 000 sont déclarées mortes ou disparues. Les hôpitaux sont systématiquement détruits par les chars (rapport de la FIDH du 3/4/00). Et comme la Russie est du « bon coté », l’ONU a préféré considérer que la guerre en Tchétchénie est une affaire interne à la Russie qui ne saurait souffrir d'ingérence. Ce qui est remarquable c'est que s'agissant de l'Irak, l'ONU se sert entre autre, de l'oppression du peuple kurde par Saddam Hussein pour envisager une intervention militaire.

Depuis quarante ans, la politique de la France vise à exploiter les ressources naturelles et géopolitiques des pays francophones. Tous les moyens sont bons, en particulier lorsque d'autres puissances menacent d'empiéter sur ce qu'ils considèrent être leur pré carré. Les dirigeants français ne se sont jamais résolus à la perte de l'empire colonial, et particulièrement en Afrique. Que ce soit en 1994 au Rwanda, petit pays, sans grandes ressources naturelles, mais stratégiquement situé à coté du géant zaïrois au sous-sol bien fourni ; où l’armée française a laissé le génocide des tutsis se faire, allant même jusqu’à protéger dans leur retraite, les responsables des massacres (Le Monde Diplomatique, mars 1995 et Le Monde du 23/6/94). Ou bien en Cote d’Ivoire, que cédant à ses vieux penchants colonialistes, l’armée française intervient de manière musclée afin de préserver les intérêts économiques de nos bourgeois néo-colonialistes, qu’importent les délires racistes et xénophobes de dirigeants capables de tout pour asseoir leur pouvoir, comme l’attestent la découverte de charniers.

 

Toutes formes de pouvoir, toutes formes de dictatures, qu'elles soient politiques, économiques, religieuses, ont besoin de situations conflictuelles, afin d‘affirmer leur autorité. Le capitalisme, c'est la guerre permanente Une fois de plus, derrière la guerre, derrière toutes les guerres se cachent toujours les intérêts économiques, les prétentions impérialistes et les appétits militaristes. Le capitalisme a besoin des guerres pour maintenir sa domination et terroriser les populations pour continuer à les exploiter.

 

Comment réagir alors ?

 

Les marches pour la paix, aussi sincères qu'elles puissent être, ne pourront jamais empêcher les guerres et n'auront aucun effet sur celle qui  écrase aujourd'hui l'Irak: à quoi cela sert-il "marcher tous ensemble pour  refuser l'horreur de la guerre ! ", Sans proposer de remettre en question la société qui les produit ?

En appeler au pacifisme pour enrayer cette déferlante guerrière n'a pas plus de sens que de promouvoir la régulation ou le contrôle d'un système qui produit ses propres dérèglements. Il n'existe pas de guerre juste, ni de guerre humanitaire, pas plus que les " frappes chirurgicales " n'épargneront les civils. C'est un avenir de mort et de misère qui s'offre à tous les peuples opprimés.

La « gôche » officielle et ses valets passés ou futurs a été toujours prompte à défendre les intérêts du capitalisme, que ce soit  par son soutien au marché des ventes d’armes, ou dans l’appui apporté à de nombreux dictateurs africains ou autres, se révélant à ce niveau là, aussi performante que la droite et les réseaux Pasquaiens Qui a soutenu la première guerre du Golfe, guerre du pétrole (1991) ? Qui a soutenu la guerre en Afghanistan ? Nous n’oublions pas que les précurseurs des politiques sécuritaires actuelles, digne de Le Pen sont  ces mêmes personnes qui essayent de se refaire une légitimité dans le mouvement social.

 

Une société où le fossé entre riches et pauvres, entre dominants et dominés va en s'accroissant est tout sauf une société pacifique! Le flicage dans nos rues comme dans nos manifs, c'est la guerre; la chasse aux pauvres dans les centres ville, c'est  la guerre; les morts anonymes sur les chantiers, c'est la guerre!

 

Du boycott jusqu'au sabotage, de la grève à l'action symbolique, du théâtre de rue jusqu'aux graffitis, milles et unes tactiques peuvent être employées pour faire échec à la guerre. L'important, c'est de s'organiser avec les gens en qui on a confiance, que ce soit sur nos milieux de travail, dans nos écoles ou nos quartiers. Beaucoup de chemin reste à faire pour que cette guerre soit la dernière. Mais ce travail doit commencer maintenant en combattant les préjugés qui nous empêchent de bouger, les patron-ne-s qui nous exploitent comme salarié-es, l'État et sa police qui elle aussi " pacifie " notre société.

 

 

 

CONTRE TOUTES LES GUERRES, ORGANISONS LA RESISTANCE SOCIALE !

PAS DE GUERRE ENTRE LES PEUPLES, PAS DE PAIX ENTRE LES CLASSES !

 

Fédération Anarchiste c/o Librarie-bibliothèque associative La Commune 9, rue Malakoff 35000 RENNES

 

Tel 02 99 67 92 87  permanences mercredi et samedi de 15 h à 19 h

 

web http://www.fa-rennes.fr.st/                                            mail : mailto:fa-rennes@fr.st

 

« NI MILITAIRES, NI PRËTRES , PARCE QUE MON RËVE A TOUJOURS ETE DE MOURIR SANS INTERMEDIAIRE »

BORIS VIAN

.

 

LES RICHES JOUENT AU GOLFE, LES PAUVRES RAMASSENT LES BALLES !

 

Sur l'Etat de guerre permanent.

Les 260.000 soldats américains présents dans la région du Golfe Persique n'y sont évidemment pas pour faire du tourisme. Aujourd'hui comme lors des guerres précédentes, le tyran Saddam Hussein ne souffrira pas d'une invasion militaire des USA et de leurs serviteurs. Seul le peuple irakien sera écrasé par des tonnes de bombes et pleurera ses morts. Les gouvernants se soucient peu du sort des populations irakiennes ou de celles de leur propre pays. C'est pourquoi les chefs d'Etat des démocraties espagnoles et britanniques ne rechignent-ils pas à aller faire la guerre contre la volonté de leur population. C'est seulement sous la pression de la rue que leur volonté belliciste peut être infléchie.

La guerre est devenue l'outil standard de gestion d'intérêts géo-stratégiques. Il faut se remémorer G.W. Bush définissant à la "prestigieuse" Académie militaire de West Point une soixantaine de pays comme formant l' "Axe du mal". De même, la "lutte contre le terrorisme", concept né suite à l'instrumentalisation des attentats du 11 Septembre 2001, permet de justifier l'ingérence et l'impérialisme le plus avancé, et donc l'état de guerre permanent sur la planète.

 

Sur le rôle de l'ONU et de Chirac.

L'ONU n'est rien d'autre que la représentation d'un rapport de forces entre Etats-Nations, et pas des intérêts de leurs populations. Les opinions publiques internationales étant majoritairement opposées à cette guerre, les USA cherchent naturellement à l'ONU un appui diplomatique. Il y a fort à parier pourtant que les résolutions de l'ONU concernant par exemple le droit du peuple palestinien et qui sont non respectées depuis 50 ans ne feront pas l'objet de "frappes préventives" des USA sur Israël.

Si les USA envisagent de "bafouer" le principe du "droit de véto" issu de l'après deuxième guerre mondiale, c'est parce que le poids géostratégique de l' ex-puissance coloniale France est aujourd'hui tout autre.. Que penser des éventuelles arrières pensées de ces pays "pacifistes", qui organisent le désarmement de l'Irak, alors qu'il est acquis depuis plusieurs mois que ce pays va se faire bombarder... Mr Chirac a déclaré qu'il était favorable à "une démilitarisation pacifique de l'Irak, si c'est possible", ce qui sous entend qu'il n'est pas sur le fond opposé à une intervention militaire. Pour ceux qui en auraient doutés, Mr Chirac a également déclaré "qu'il n'est pas pacifiste". Effectivement, le porte-avion Charles de Gaulle (coût de 4 milliards d'euros) qui était en mission en mer méditerranée pendant 3 semaines en Février y est retourné pour la même durée il y a quelques jours. Par ailleurs, le budget du ministère de la guerre français est en augmentation de 6 % en 2003 par rapport à 2002. A quoi peuvent bien servir ces budgets et missions militaires?

 

Contre toutes les guerres et toutes les armées: l'anti-militarisme anarchiste.

Notre anti-militarisme n'a pas de fondement "moral" ou "humaniste", qui laisserait croire qu'il aurait des guerres "propres" ou encore d'autres "valant la peine d'être faites". Nous ne sommes pas pacifistes par principe mais anti-militaristes par conviction. Cette guerre sera la cause de milliers ou millions de blessés légers et graves, des morts atroces, des déportations de populations… Au delà, nous savons que comme toutes les guerres, celle-ci aura un impact non seulement sur les populations irakiennes, mais aussi sur la totalité du monde du travail, les plus pauvres et les plus précaires d'entre nous, dans les pays arabes, aux USA, en Europe...En effet, le peuple est toujours du mauvais côté du fusil: les armées ont de tout temps, et y compris dans les démocraties, ont été utilisées contre leur propre population civile, par exemple lors de grèves ou manifestations du mouvement ouvrier.

Les milliards de dollars dépensés pour cette guerre sont pris dans les budgets des écoles, des hôpitaux, des logements sociaux et de la sécurité sociale. La guerre est un prétexte pour des attaques contre les droits syndicaux et civiques. Cela permet d'empêcher les pauvres de se mobiliser pour leurs droits, de criminaliser et réprimer les oppositions, le mouvement social et ouvrier, de développer le racisme pour diviser les peuples et les travailleurs.

Ce n'est pas par hasard qu'aux USA, le collectif "U.S. Labor Against the War" (USLAW, www.uslaboragainstwar.org représentant plus de 5 millions de travailleurs) dans lequel les anarchistes sont parties prenantes, a appelé à une journée d'action nationale du mouvement syndical américain contre la guerre le 12 Mars. Une coalition nationale d'organisations étudiantes a menée une grève sur les campus US le 5 mars. En Angleterre, des cheminots ont refusé de conduire un train de fret transportant des munitions destinées aux forces britanniques déployées dans le Golfe. En Europe et en France, des militants et structures syndicales (dont la Confédération Européenne des Syndicats, qui représente 60 Millions de syndiqués en Europe) ont appelés à des arrêts de travail partout en Europe le 14 Mars.

L'alibi de la lutte anti-terroriste a régulièrement été utilisé au cours de l'histoire pour criminaliser les mouvements porteurs de progrès social. A l'heure où les licenciements, et les attaques les plus diverses contre les pauvres pleuvent en France et dans le Monde, les militants sociaux ne se laisseront pas intimider. Le meilleur moyen de lutter contre la guerre, c'est encore de lutter contre le capitalisme !

Dans l'immédiat, nous pouvons faire acte de solidarité en apportant notre soutien moral et matériel aux déserteurs et insoumis des 2 camps, et en accueillant dans les pays occidentaux les réfugiés que cette guerre ne manquera pas de faire. Enfin, n'oublions pas que c'est sous la pression de l'opinion publique US et internationale que la guerre du Vietnam s'est arrêtée. Or, les mobilisations anti-guerre aux USA et sur la planète sont actuellement plus importantes que lors de la guerre du Vietnam.

 

A Rennes, le soir même des frappes, Place de la Mairie à 18h, aura lieu également un rassemblement / manifestation conte la guerre, ainsi que le samedi à 15H qui suivra immédiatement.

 

Fédération Anarchiste, c/o Librairie-Bibliothèque associative "La Commune", 9 rue Malakoff, 35000 Rennes

Permanences au local les mercredi et samedi de 15H à 19H

 

Tel/Rep : 02 99 67 92 87

www.fa-rennes.fr.st

 

Contre toutes les guerres et toutes les armées !

 

Le peuple irakien subit depuis près de trois décennies l'une des dictatures les plus brutales. Saddam a déjà utilisé des armes chimiques contre son peuple, il a envoyé se faire tuer plus d'un million d'Irakiens dans une guerre sans vainqueur ni vaincu contre l'Iran. Il avait alors la bénédiction des USA et de l'Occident qui cautionnaient son régime militaire et se servaient de lui pour faire barrage à la révolution islamique. La France, quant à elle, ne manquant jamais une occasion de faire tourner ses usines d'armement, armait les deux camps. Il a massacré le peuple kurde et s'apprête aujourd'hui à utiliser la population irakienne comme bouclier humain.

Depuis la fin de la guerre du Golfe, les États‑Unis et la Grande Bretagne n'ont jamais cessé les bombardements sur l'Irak. L'embargo imposé au peuple irakien depuis douze ans est responsable de plus d'un million et demi de victimes, surtout des enfants morts de malnutrition et d'absence de médicaments.

Saddam Hussein, seul tyran, seul responsable du sort subi par son peuple en a-t‑il souffert ? Souffrira-t‑il d'une invasion militaire des USA et de leurs serviteurs ? Non ! Seul le peuple irakien sera écrasé par des tonnes de bombes et missiles, et pleurera ses morts au milieu des sacs de blé largués par avions, entre chaque bombardement.

Le sort des populations et leur émancipation n'a jamais été le souci des gouvernants, qu'ils soient américains ou européens. C'est de géopolitique, d'intérêts économiques et militaires dont les impérialistes sont investis.

Comme le disait le secrétaire d'État américain et prix Nobel de la paix ( !) Kissinger au début des années 70 "Le pétrole est une chose trop importante pour être laissé aux Arabes". Ainsi, comme il y a un an, où le prétexte de vouloir libérer le peuple afghan a permis l'installation durable des armées occidentales et des sociétés pétrolières, un renversement du pouvoir en Irak permettrait de contrôler la quasi totalité des réserves d'hydrocarbure dans le monde. Qui ignore l'appartenance des dirigeants politiques américains aux conseils d'administration des compagnies pétrolières ?

Bush, qui a instrumentalisé les attentats du 11 Septembre, s'arroge le droit de régner, d'imposer la force militaire en tout lieu et en tout moment. Que compte-t‑il faire contre les dirigeants d'Israël qui depuis 50 ans bafouent le droit du peuple palestinien et ce, en contradiction avec les résolutions de l'ONU ? Comme quoi l'ONU n'est utile et ses résolutions suivies à la lettre que lorsqu'elles rejoignent l'intérêt des impérialistes.

 

 

 

Un impérialisme peut en cacher un autre

 

Dans la guerre ethnique et économique opposant Laurent Gbagbo (père de "l'ivoirité", une fumisterie raciste) aux " faux Ivoiriens ", l'armée française, une fois de plus, cédant à ses vieux penchants colonialistes, débarque massivement pour rétablir l'ordre et la sécurité de ses ressortissants et de ses investissements. Gageons que les intérêts économiques de nos bourgeois néo‑colonisateurs seront bien gardés, le cacao et les richesses minières ayant autrement plus d'importance aux yeux des petits roitelets et de leurs gendarmes français que les exactions racistes et xénophobes qui ensanglantent le pays comme en témoigne la découverte de charniers.

 

Le capitalisme, c'est la guerre permanente de tous contre tous

 

Une fois de plus, derrière la guerre, derrière toutes les guerres se cachent toujours les intérêts économiques, les prétentions impérialistes et les appétits militaristes. La conquête par la force armée du pouvoir et des richesses s'inscrit dans la logique et dans la continuation de la domination et de l'exploitation capitaliste sur le monde. Il n'existe pas de guerre juste, ni de guerre humanitaire, pas plus que les "frappes chirurgicales" n'épargneront les civils. C'est un avenir de mort et de misère qui s'offre à tous les peuples opprimés.

 

La classe politique, comme les médias et les "intellectuels" s'évertueront à nous faire accepter l'inacceptable. Nous n'avons jamais accepté la guerre entre les peuples. Les anarchistes ne cesseront jamais de dénoncer et de lutter contre les marchands de canons, les armées, les nationalistes, les États et les systèmes économiques générateurs d'oppression et de logique guerrière !

 

D’aucuns vont se demander pourquoi nous ne faisons pas front commun dans les collectifs anti-guerre de Rennes avec les partis de “ gôche ”. Il se trouve que nous n’aimons pas lécher la gamelle de l’hypocrisie. Où est la critique de l’intervention militaire impérialiste de la France en Côte d’Ivoire ? Qui a soutenu la première guerre du Golfe, guerre du pétrole (1991) ? Qui a soutenu la guerre en Afganistan ? Qui soutient le marché des ventes d’armes ? Nous n’oublions pas que l’État français est l’un des plus grands pourvoyeurs d’armes au monde… Si ces gens-là (PS en tête) ne sont pas à une contradiction près… Nous, nous crierons toujours : PAS UN SOU, PAS UN HOMME, PAS UNE FEMME, PAS UNE HEURE POUR LA GUERRE !


 

Fédération Anarchiste - Groupe La Commune

9 rue Malakoff - 35000 Rennes - www.fa-rennes.fr.st

 

 

Bush, blair & cie, foutez nous la paix !

 

Pas un sou, pas une vie, pas une heure pour la guerre.

 

 

 

Chacun le sent bien, Bush et ses alliés veulent entraîner le monde entier dans un nouveau bain de sang, avec ou sans la caution de l'ONU.

 

 

Pourquoi veulent-ils la guerre ?

 

 

-         Pour justifier des dépenses militaires colossales faites au détriment des besoins sociaux (enseignement, santé, sécurité sociale…). Le budget militaire 2003 aux Etats-Unis va atteindre 383 milliards de dollars, soit 50 milliards de plus qu'en 2002. Une véritable militarisation de l'économie.

 

-         Pour imposer des mesures liberticides, aux Etats-Unis comme ailleurs, au prétexte de lutter contre le terrorisme. Les pressions politiques et médiatiques s'amplifient : tout(e) opposant(e) à la guerre devient un terroriste potentiel, du journaliste indépendant au manifestant anti-mondialisation.

 

-         Pour contrôler le pétrole. Qui peut être dupe des motivations américaines ? Qui ignore l'appartenance des dirigeants politiques américains aux conseils d'administration des grandes compagnies pétrolières ? Qui n'est pas frappé par la coïncidence totale entre les "bases et objectifs terroristes", selon les Etats-Unis, la Russie, la Chine… et la carte des principales sources énergétiques du monde.

 

Depuis 12 ans, l'embargo de l'ONU appliqué à l'Irak, a provoqué plus d'un million 1/2 de morts, essentiellement chez les enfants.

 

Les anarchistes, et c'est même l'une de leurs raisons d'être, sont les premiers à combattre les dictatures en Irak comme ailleurs. Mais nous savons tout aussi bien que l'engrenage guerrier actuel, avec ou sans l'ONU, n'a strictement aucun rapport, bien au contraire, avec la défense des libertés.

 

Aussi, nous appelons solennellement tous les individus et les organisations, à s'unir sur la plate-forme simple et claire suivante :

 

 

Les individus et organisations signataires :

 

-          Disent non à la guerre.

-          Refusent la logique et l'économie de guerre qui se mettent en place au détriment des populations, aux Etats-Unis comme ailleurs.

-          Dénoncent les mesures liberticides que les Etats prennent sous prétexte de lutter contre le terrorisme.

-          Considèrent que le meilleur moyen d'éradiquer le terrorisme et la guerre, c'est de se débarrasser de ce qui créé et entretient la misère.

-          Appellent, sur ces bases, à la plus large mobilisation pour empêcher l'irréversible.

 

 

 

Fédération Anarchiste

Groupe la Commune

9 rue Malakoff - 35000 Rennes - Tél. 02.99.67.92.87 - www.fa-rennes.fr.st

Permanences les mercredis et samedis après-midi

 

 

Accueil

Qui nous sommes

Nous rencontrer

Nous écrire

Le L.A.R.

Action &

Agenda

Actualités & Archives

Théorie & Textes

Liens

CRASER-FA